Fabrique à souvenirs - GSI Immobilier

Nos métiers

Fabrique à souvenirs

novembre 2020

FABRIQUE A SOUVENIRS TOUT AZIMUT

La fréquentation record de l’été 2020 l’a encore prouvé, la montagne est une valeur refuge pour toute la famille. Cocon d’altitude pour expériences en pleine nature, terrain de jeu multigénérationnel, elle nous met des souvenirs dans le cœur et s’ouvre même aujourd’hui à des nouvelles visées.

Nous nous sommes mariés à la montagne en 2020

« Nous nous sommes mariés à la montagne en 2020 » explique Fabrice Collinet, copropriétaire à Méribel Mottaret… Difficile de faire plus en termes d’avalanche émotionnelle !

Fabrique à souvenirs XXL, tremplin pour un avenir tout en altitude, l’investissement à la montagne est une sorte de cocon de coton pour expériences hors du temps. « Il y a presque un côté insulaire, un pic rocheux entouré de neige. J’ai l’habitude de dire que la montagne est une parenthèse dans la « vraie vie » poursuit M. Collinet. Et Christelle Pettinger, nouvellement propriétaire dans la même station, de renchérir « C’est un véritable changement de temporalité dans notre quotidien. »

Souvenirs de montagne & montagne de souvenirs en famille

Lorsque l’on interroge les acquéreurs sur les raisons de leur achat en montagne, deux mots reviennent systématiquement : plaisir et famille. « Les paysages sont reposants, la nature est préservée. Il y a une authenticité rare que nous avons à cœur de partager avec nos enfants » confirme Anne Pease, propriétaire aux Arcs.

Ascenseur sentimental et coup de cœur vertigineux pour l’atmosphère d’en haut, la montagne fédère et resserre les liens. « La montagne a quelque chose d’exceptionnel que l’on ne trouve pas ailleurs. On y vit en famille toute une palette d’émotions. Il y a plus d’intimité, la temporalité est différente. » explique Erwan Le Balc’h propriétaire à la Plagne.

Bien souvent, le pied-à-terre d’altitude est une opportunité de réunir les générations. « La joie de la descente à ski, le réconfort du chocolat chaud avec les grands-parents, les chutes dont on rit encore longtemps au coin du feu, nous vivons la montagne à trois générations. Ce sont des moments précieux » explique Jean-François Morel, propriétaire aux Arcs.

En profiter ensemble aujourd’hui, en famille ou entre amis, mais surtout en faire le refuge des tribus de demain c’est ce qui a convaincu Christelle Pettinger : « L’appartement est une base familiale pour nos enfants et petits-enfants. »

Dans le registre de la fabrique à souvenirs, la montagne atteint de toute façon des sommets. Pour certains, le rêve blanc se teinte de découverte de domaines les skis aux pieds, de paysages à en perdre ses mots, pour d’autres c’est le point de départ d’explorations tout azimut et surtout quatre saisons. Dans tous les cas, l’altitude inspire la convivialité partagée. « Nous avons acquis deux appartements côté à côté dans l’optique d’en profiter et d’en faire profiter notre cercle proche en hiver comme en été » confirme Fabrice Collinet.

La nature toute l’année

Lac de Tuéda - intersaison

Enveloppée dans son blanc manteau en hiver, la montagne révèle un visage d’autant plus authentique lorsqu’arrive l’été. Et c’est un argument convaincant. « Vivre la montagne l’été a été le déclencheur de notre achat. Pouvoir en profiter l’hiver avait déjà du sens, mais en faire l’expérience à l’année a conforté notre souhait d’investir. » confirme Jean-François Morel. Une idée reprise par Erwan Le Balc’h à la Plage « Je trouve que l’été la montagne nous offre des moments de partage encore plus authentiques qu’en hiver. » VTT à en perdre les pédales, golf avec vue sur le Mont-Blanc, virée italienne à la journée, et rando sac à dos à la rencontre des animaux, l’altitude inspire.

Avec le développement de la montagne quatre saisons, les stations font le plein d’activités pour tous les âges, un avantage pour les séjours en famille. « J’ai été agréablement surprise de toutes les opportunités offertes aux enfants, petits et plus grands. » explique Christelle Pettinger. Quand le lever du soleil indique le meilleur moment de la journée pour croiser bouquetins et gypaètes, il donne le top départ de treks à en prendre plein les mirettes. « Les paysages d’été sont superbes. Jusqu’à l’automne les journées de randonnée sont encore belles, les couleurs changent et apportent une forme de sérénité qu’on connait peu. » raconte Anne Pease.

Guidé par une envie de nature sous tous les solstices, l’investissement à la montagne rompt complétement avec sa dimension saisonnière et projette des envies de vie pour bien plus que quelques semaines par an.

Télétravail et retraite d’altitude
« Je crois que mon plus beau souvenir à la montagne sont nos quinze jours de télétravail en juin dernier. La pause pique-nique en forêt pour le déjeuner, les balades le soir, le travail prend une autre dimension ! » Anne Pease, propriétaire aux Arcs, énonce une nouvelle réalité : Les Alpes, un bureau d’altitude.

Avec le développement du télétravail et la mobilité des outils, plus question de se priver. « Le télétravail depuis Méribel-Mottaret est complètement au programme. » confirme Christelle Pettinger. L’accessibilité des stations de Tarentaise, à un jet de pierre des aéroports de Lyon et de Genève, toutes proches des gares TGV et autoroutes a modifié la donne. La montagne s’envisage dans l’immédiat comme un deuxième bureau et dans l’avenir comme un lieu de villégiature pour retraite au plus près des cimes. « On se projette tout à fait dans une retraite aux Arcs, au moins quatre à cinq mois dans l’année. » explique Jean-François Morel.

Fabrique à souvenirs multigénérationnelle, dans un contexte privé comme professionnel, la montagne s’envisage aujourd’hui comme un lieu de vie polymorphe, accessible et convivial, de quoi teinter les investissements d’un joli vernis d’optimisme.

Remerciements aux acquéreurs GSI ayant accepté de partager leur expériences d’investissement à la montagne.